Holding Confection

Le problème de la mode

Pourquoi l'industrie de la mode est un enjeu mondial..?

Toulouse, le 1er Septembre 2022
Le problème de la mode

Un cochon qui mange les déchets de l’industrie de la mode

Depuis plusieurs années, l’industrie de la mode est critiquée pour les problèmes qu’elle crée. Les travailleurs sont exploités, les usines s’effondrent, tuant de nombreuses personnes à cause de mauvaises réglementations, de la surproduction pour éviter des stocks vides, d’une empreinte carbone massive, de la pollution de l’eau et bien plus encore. La liste continue…

Beaucoup d’articles ont été écrits, peu de choses ont changé. Comment cela se passe-t-il aujourd’hui ? Pourquoi ces problèmes n’ont-ils pas été résolus après toutes ces années ? Eh bien… il s’avère que l’industrie de la mode est très complexe. Sa chaîne d’approvisionnement est mondiale et complexe, ce qui rend très difficile de retracer où les choses sont fabriquées. Des millions de personnes en dépendent et quelques entreprises en profitent largement. De gros investissements sont faits pour faire fonctionner cette machine industrielle, quelles qu’en soient les conséquences. Cela signifie qu’il y a peu d’incitations à changer le statu quo par le haut. La recherche de solutions “là-bas” pourrait vous laisser un goût amer.

Le problème n’est pas facile, mais il semble réparable. Mais pour cela, nous devons approfondir un peu le sujet, plongeons-y étape par étape, en commençant par la production.

1. Produire des vêtements

La production de nos vêtements se fait la plupart du temps dans les pays en développement. Les salaires sont bas, les matériaux coûtent moins cher et il y a moins de réglementations. Des réglementations laxistes se traduisent par de nombreux cas de pollution de l’eau, de dégradation de l’environnement, d’exploitation et de conditions de travail malsaines; endommageant l’environnement local et les personnes travaillant dans l’industrie.


La principale raison de tout cela est simplement le prix attractif. Oui le “pas cher” ça a des conséquences mais ça permet de produire des vêtements pour une fraction de ce que ça coûterait dans un pays développé. Il est moins cher de produire des vêtements à l’autre bout du monde, de les expédier dans un bateau et de les déplacer dans des camions que de produire localement dans les pays développés…

Le saviez-vous?
Au Bangladesh, le salaire minimum légal pour les travailleurs de l’industrie de la mode et du textile est de 16 euros par mois, soit environ 0,50 cents par jour pour 14 à 16 heures par jour de travail. Le salaire vital réel au Bangladesh pour une personne seule est de 72 € par mois.

Le problème de la mode

Production de vêtements et de sacs dans les bidonvilles de Mumbai, Inde

2. Consommer des vêtements

Une fois les vêtements produits et expédiés dans les magasins et les entrepôts des pays développés, ils doivent être vendus. Vendre des vêtements = argent. Les entreprises veulent donc que nous achetions plus de vêtements. Ils le font en créant de nouvelles collections et en nous bombardant de publicités. Une nouvelle collection rend la collection précédente « démodée ».

Avant les collections (haute-couture) étaient créées une fois par an, puis 4 fois par an (chaque saison) et aujourd’hui 7 fois par an. Certaines marques sortent même 52 collections par an (hebdomadaire !). C’est ce qu’on appelle la fast fashion. Ils créent de nouvelles tendances, font des campagnes incroyables, embauchent à chaque fois les meilleurs acteurs, influenceurs, modèles, pour vous faire acheter plus de vêtements.

En conséquence, les gens ne remplacent pas leurs vêtements parce qu’ils sont abîmés/ déchirés. Ils les remplacent parce qu’ils ont l’air démodés.

Le saviez-vous?
La personne moyenne achète 60 % de vêtements en plus et les garde environ moitié moins longtemps qu’il y a 15 ans.
Source McKinsey & Compagnie

Le problème de la mode
Des défilés de mode pour créer une nouvelle tendance

3. Jeter les vêtements

Ces nouvelles collections nous obligent à remplacer régulièrement nos vêtements par de nouveaux plus tendance. On les jette quand ils sont encore corrects, il n’y a vraiment rien de mal à ça, non ? De nos jours, vous pouvez trouver de nombreuses “boîtes de dons de vêtements”. Des endroits où vous pouvez jeter vos vêtements inutiles dans un conteneur pour les recycler ou les réutiliser. Mais est-ce vraiment le cas ? Jetons un coup d’œil à ces deux options.

Réutilisation : La réutilisation des vêtements est une excellente option pour augmenter leur durée de vie. Mais de nombreux magasins d’occasion dans le monde développé ont un excédent de vêtements, ils obtiennent plus qu’ils ne peuvent vendre. Les vêtements entrants sont filtrés : la bonne qualité est conservée, les qualités inférieures sont revendues aux pays en développement, comme le Ghana et l’Inde. Où ils sont distribués sur les marchés locaux. Notre don ressemble plus à un acte de déversement de matériaux indésirables (comme le plastique), par conséquent les industries locales disparaissent, ce qui rend difficile le développement d’une économie locale indépendante. Tout simplement parce que très peu à l’autre bout de la planète tirent profit de cette dynamique.

Recyclage : La dure réalité est que très peu de nos vêtements sont recyclés, principalement parce qu’ils sont tous fabriqués à partir de matériaux différents. Polyester, coton, viscose, laine, etc. Et tout est jeté mélangé. Des chemises aux sous-vêtements et pyjamas. En plus de cela, dans un même vêtement, différents matériaux sont souvent utilisés. Par exemple, une chemise peut être un mélange de 80 % coton, 10 % polyester et 10 % viscose. Cela rend le recyclage très difficile et compliqué.

Le saviez-vous?
En 2019, plus de 60% de nos vêtements sont fabriqués à partir de matières synthétiques comme le polyester, le polyamide, etc. Du plastique !

Le problème de la mode

Marché local à Accra, Ghana où vêtements d’occasion sont déversés et vendus

La racine du problème

Les trois réalités ci-dessus donnent un aperçu des cycles de nos vêtements. Il y a clairement beaucoup de choses à améliorer, comme rendre la production plus durable ou s’assurer que nous pouvons mieux les recycler. Et ce sont des sujets importants sur lesquels les entreprises travaillent (ou du moins devraient). Sortie d’une nouvelle collection bio ou équitable.

Cependant, les marques de mode ne s’attaqueront pas au problème fondamental. En fin de compte, ils veulent vous vendre quelque chose. Ils continuent d’alimenter le moteur pour « produire plus de vêtements ». Des vêtements qui n’étaient pas nécessaires au départ. Nous n’avons pas besoin de plus de nouveaux vêtements, pour le moment, le monde a suffisamment de vêtements pour la prochaine décennie. Dans les magasins, les entrepôts, les points de vente et nos propres armoires. Il est temps de conserver ces précieux vêtements plus longtemps, de les réutiliser et d’en prendre soin. Mais ce changement ne viendra pas de l’industrie de la mode. Ils ne vont pas en faire la promotion sur les panneaux d’affichage et les publicités. Cela doit venir du peuple…

💫 Espoir

Le problème de la mode ne sera pas résolu par les entreprises qui veulent vous vendre plus de choses. C’est à nous d’être à l’origine de ce changement. Ce qui est cool avec la mode, c’est qu’elle peut changer parce qu’elle a été créée par des humains. Les vêtements que nous aimions il y a 10 ans ont maintenant l’air démodés, et si vous regardez le dernier défilé de mode, il est difficile d’imaginer que vous porteriez ça. Mais vous le ferez. Les entreprises sont habituées à alimenter ces tendances et les promouvoir.

Mais tout comme les entreprises alimentent les nouvelles tendances, nous pouvons définir nos propres tendances durables. Faire de la réparation et de la mise à niveau de vos vêtements la nouvelle tendance. 

Auteur original : Dave de One Army Earth. Texte traduit de l’anglais au français par nos équipes.

Articles dans la même catégorie :