Holding Confection

Les tenues traditionnelles ouest africaines

Découvrons les vêtements traditionnels propres à l'Afrique de l'Ouest...

Toulouse, le 1 Mars 2022
anthropologie de la mode : tenues traditionnelles ouest africaines

Bienvenue dans la série anthropologie de la mode, où nous découvrons chaque semaine les robes traditionnelles d’une région du monde. Cette semaine, nous découvrirons les vêtements traditionnels propres à l’Afrique de l’Ouest.

L’Afrique de l’Ouest fait référence à la région du continent africain située sous le désert du Sahara et bordée par l’océan Atlantique à l’ouest, la côte guinéenne au sud et le lac Tchad à l’est. Il comprend 16 pays ; Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo. 

AfriqueOuest2018 AfriqueOuest2018

Un aperçu des vêtements culturels en Afrique de l'Ouest

Comme dans les autres sous-régions d’Afrique, l’habillement en Afrique de l’Ouest s’inspire également de son climat, de sa géographie, de son histoire socio-politique, des diverses ethnies et de leurs cultures, du colonialisme, des échanges culturels et du commerce avec d’autres lieux.

Historiquement, les premiers habitants de l’Afrique ont commencé à porter des vêtements il y a environ 180 000 ans. Ils utilisaient toutes les ressources et matériaux qu’ils trouvaient dans la nature et fabriquaient des vêtements de base tels que des pagnes, des pagnes, des ceintures, etc. à partir de peaux, d’os et de fourrures d’animaux. Compte tenu du climat généralement chaud du continent, la motivation pour se déguiser était plus pour communiquer son âge, son statut social et marital que pour se protéger des intempéries.

Le processus de fabrication de vêtements en peau d’animal s’est développé et au fil du temps, ils sont devenus des maîtres maroquiniers. Peu de temps après, on a découvert que les fibres végétales pouvaient être utilisées pour fabriquer des vêtements et des textiles. Le tissu de raphia fabriqué à partir de tissage de fibres de palmier raphia, par exemple, était utilisé dans toute l’Afrique centrale et occidentale.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le raphia en Afrique centrale.

Avec le temps, des techniques de teinture se sont développées. Des colorants naturels obtenus à partir d’écorces d’arbres, de feuilles, de fleurs, de roches et d’argile ont été utilisés pour ajouter des couleurs et des motifs au tissu tissé.

Influence du commerce sur la mode

caravan routes of the sahara in 1413 173272932 5b706fc6c9e77c00827cc9e4 caravan routes of the sahara in 1413 173272932 5b706fc6c9e77c00827cc9e4

Les différentes régions d’Afrique ont une histoire de commerce entre elles depuis la préhistoire. Cependant, des routes commerciales reliant l’Afrique, l’Europe et l’Asie se sont ouvertes au XVe siècle, ce qui a eu un impact immense sur la mode à l’époque. Les habitants locaux ont été initiés à des objets étrangers qui les ont grandement impressionnés. Les perles, par exemple, étaient l’un de ces articles. Ils n’étaient pas seulement utilisés pour décorer les vêtements, mais aussi pour fabriquer des vêtements entiers, tels que des bandeaux perlés, des tabliers, des capes, etc. Des matériaux tels que le coton, la soie et la laine ont également été introduits et ceux-ci, avec le raphia, sont devenus les principaux matériaux pour faire des vêtements avec.

Tissu Wax Africain

Au XIXe siècle, le commerce a également introduit sur le continent, et en Afrique de l’Ouest en particulier, un type de vêtement encore utilisé quotidiennement. C’est le tissu imprimé wax africain. Le tissu est connu sous de nombreux noms, notamment le tissu d’Ankara, le kitenge, le chitenge et le wax hollandais.

Le tissu imprimé wax africain est un grand morceau de tissu de coton aux couleurs vives et aux motifs africains traditionnels. Le tissu imprimé wax africain utilise une technique de teinture mécanisée dérivée de la méthode batik indonésienne.

Les couleurs et les motifs diffèrent d’une culture à l’autre. L’utilisation du tissu reste la même sur tout le continent. Il est principalement utilisé comme tissu d’emballage, bandeau et porte-bébé. Il peut également être utilisé comme drap de lit ou serviette. De nos jours, il est même utilisé pour les tailler en robes, chemises, pantalons, jupes et plus encore.

Les Néerlandais ont découvert la technique de teinture batik en Indonésie, où ils faisaient du commerce depuis le XVIe siècle. Ils ont ramené quelques échantillons dans leur pays d’origine et ont tenté de les reproduire pour les produire en masse et à moindre coût. Lorsqu’ils ont ramené ces tissus de qualité inférieure en Indonésie, ils ont constaté qu’ils ne pouvaient pas rivaliser avec le batik indonésien authentique. Cependant, les imitations ne seraient pas perdues car les marchands néerlandais savaient qu’il y avait une demande de tissus de coton imprimés en Afrique de l’Ouest. Ils ont introduit le tissu dans leur poste de traite dans l’actuel Ghana au milieu du XIXe siècle et le tissu y a prospéré. De là, il s’est même propagé à d’autres parties du continent africain.

 

Aujourd’hui, le tissu wax africain est devenu le symbole de la mode africaine et il est utilisé quotidiennement par les hommes et les femmes.

Période coloniale

Le XIXe siècle a également vu les nations ouest-africaines colonisées par les puissances européennes. La colonisation en particulier a eu un impact sur les vêtements.

B3 FA353 AFRICA M 20190919124013 B3 FA353 AFRICA M 20190919124013

Les habitants ont été découragés de porter leurs vêtements culturels entre la fin du 19e siècle et le 20e siècle. Leurs vêtements ont été remplacés presque entièrement par des vêtements de style occidental, qui font désormais partie de la tenue quotidienne. Les vêtements traditionnels sont utilisés quotidiennement par les communautés rurales. Sinon, les habitants des zones urbaines se réservent désormais principalement de les porter pour des occasions culturelles telles que les mariages, les funérailles et les cérémonies de passage à l’âge adulte. Cependant, les gens commencent lentement à adopter leurs vêtements traditionnels et essaient de les porter plus souvent en dehors des occasions culturelles.

 

Maintenant que nous avons examiné certains des vêtements courants, compris certains des facteurs qui influencent les vêtements ouest-africains et exploré comment les vêtements ont évolué en Afrique de l’Ouest au fil des ans, examinons certains textiles et vêtements distincts de quelques-uns des Pays d’Afrique de l’Ouest.

Mali

Au début, les Maliens ne portaient pas beaucoup de vêtements à cause du climat sec et chaud. Ils ne s’habillaient que pour les cérémonies et les réunions importantes en pagnes ou tuniques. Avec la propagation de l’islam entre le Xe et le XIVe siècle, les adeptes ont commencé à porter plus de vêtements pour obéir aux normes islamiques de modestie.

Boubou

Il existe plusieurs groupes ethniques au Mali et chacun a sa propre tenue traditionnelle. Cependant, il existe des tenues communes portées par les hommes et les femmes au Mali.

Un boubou est une tenue trois ou quatre pièces qui se compose d’une chemise à manches longues qui arrive jusqu’aux genoux, d’un pantalon ample qui se noue à la taille avec des cordons de serrage et se resserre aux chevilles ; une casquette et la robe extérieure à la cheville qui est le point culminant de la tenue. Le peignoir a un décolleté en V orné de broderies, les manches sont larges et ajourées. Le boubou est également porté dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest comme le Sénégal, le Nigeria, la Gambie, la Guinée et la Mauritanie. Il est également porté dans certains pays d’Afrique centrale. Le boubou est traditionnellement porté par les hommes mais, maintenant, il existe également des boubous pour femmes.

Le boubou traditionnel est fabriqué avec des tissus typiquement maliens. L’un est le bazin et l’autre s’appelle Bogolan.

Le bazin est un tissu très coloré et brillant qui est connu pour sa brillance. Les vêtements en bazin de bonne qualité sont réservés aux occasions très spéciales.

2560px S%C3%A9chage du basin 2560px S%C3%A9chage du basin

Bogolan

Le bogolan est peut-être le tissu le plus connu originaire du Mali. Bogolan en langue bambara se traduit par «vient de la terre». Bogolan désigne à la fois le textile lui-même et la technique de teinture. On pense qu’il a été créé vers le XIIe siècle, sur les terres où se trouve aujourd’hui le pays d’Afrique de l’Ouest, le Mali.

Le tissu épais en coton est teint selon une technique traditionnelle. Le tissu est teint dans des tons de terre et présente des motifs tribaux ayant une signification culturelle. Historiquement, le bogolan était uniquement réservé aux chasseurs, guerriers et guérisseurs.

Les origines exactes de cette technique de teinture sont inconnues. Certains disent que le peuple Dogon a inventé la technique, tandis que d’autres croient en une légende locale. Selon cette légende, une femme qui était autrefois assise au bord de la rivière avait taché son pagne avec de la boue. À défaut d’enlever la tache, elle s’est rendu compte que la boue avait définitivement teint le tissu. Cela aurait conduit à la découverte de la méthode de teinture.

Le processus de fabrication du tissu de boue est long et fastidieux. Pour le fabriquer, traditionnellement les femmes filent du coton blanc que les hommes tissent ensuite en petits carrés et les teignent. Le tissu de coton épais tissé à la main doit d’abord tremper dans un liquide fabriqué à partir de feuilles et d’écorces d’arbres. Le tissu est séché au soleil avant que les motifs ne soient peints à l’aide d’une pâte de boue fermentée appelée bogo. Il faut environ un an pour fermenter le bogo avant qu’il ne soit prêt à l’emploi. La fermentation assure la permanence du colorant. Bogo crée des tons de terre et des teintes sombres. Pour obtenir des couleurs plus claires, la teinture est blanchie à l’aide d’un savon spécial contenant du chlore. Enfin, les carrés sont cousus dans un long morceau de tissu.

african painter picture id172947405?k=20&m=172947405&s=612x612&w=0&h=xZD9ELbHZhEO g34RH Q 9zfjSArNLW6SmQLMo4fdy0= african painter picture id172947405?k=20&m=172947405&s=612x612&w=0&h=xZD9ELbHZhEO g34RH Q 9zfjSArNLW6SmQLMo4fdy0=

Vêtements traditionnels pour femmes

Les femmes, quant à elles, portent des jupes, des chemisiers, des robes longues, des tuniques et des jupes portefeuille. Leurs tenues sont complétées par le port de turbans assortis sur la tête. Les vêtements féminins sont également en bezin et en bogolan ou en pagne. Le pagne est un tissu similaire au tissu africain imprimé à la cire. Cliquez ici pour en savoir plus sur les pagnes.

Ghana

Le Ghana a une riche histoire en matière de vêtements. Depuis des siècles, les Ghanéens utilisent des métiers à tisser pour tisser des fibres de raphia. C’était aussi l’un des premiers endroits à tisser des matériaux tels que le coton, la soie et la laine car le Ghana était un important empire commercial, en particulier de l’époque médiévale à l’ère coloniale.

Au Ghana aujourd’hui, le tissu kente et la blouse sont considérés comme les costumes nationaux du pays. Nous en discuterons en détail ci-dessous.

Le tissu du ghana kente variété

Kenté

Le tissu Kente est originaire du sud du Ghana, plus précisément de la région d’Ashanti. Il fait référence à un long morceau de tissu généralement fait de soie, de coton ou des deux et est populaire pour son mélange de couleurs vives et lumineuses.

Kente a été fabriqué à l’origine il y a environ 400 ans, par le peuple Akan qui habitait les terres du sud du Ghana. On ne sait pas exactement comment l’art de faire du kente a été découvert. Cependant, il existe une légende populaire racontant ses origines possibles.

Selon la légende, deux hommes auraient appris l’art du tissage après avoir observé la façon dont une araignée tissait sa toile. Ils ont été étonnés par les subtilités et les motifs créés par l’araignée. L’araignée, nommée Anansi, montrait volontiers aux hommes comment tisser en échange de quelques faveurs.

Remarque : Anansi est un personnage populaire du folklore ghanéen. Il est souvent décrit comme un escroc qui essaie toujours de déjouer les autres. Ses contes servent d’histoires morales pour les enfants.

Kwaku Anansi Kwaku Anansi

Une fois que les hommes ont appris l’art, ils sont retournés dans leur village. La nouvelle de leur talent s’est répandue et un morceau de tissu a été présenté au premier souverain du royaume d’Asante, Asantehene Osei Tutu. Il l’a nommé kente, ce qui signifie panier parce que le motif à carreaux du tissage ressemblait à un panier. À l’époque, le kente n’était réservé qu’au roi et aux prêtres, qu’ils ne portaient que lors d’occasions spéciales. Avec les développements du tissage et des métiers à tisser via le commerce, plus de tissu kente a pu être produit et, par conséquent, le grand public a également finalement été autorisé à porter le tissu. Bien qu’il soit désormais accessible à tous, il reste un symbole de richesse, de statut et d’élégance.

Modèles Kente, couleurs et signification

Chaque motif réalisé sur le kente porte un nom. Fait intéressant, ces noms sont traditionnellement donnés par les hommes qui tissent les motifs. Les tisserands inventent le nom dans leurs rêves ou lorsqu’ils réfléchissent profondément. C’est pourquoi les kentes sont souvent liés au monde spirituel. Alternativement, les anciens de la communauté ou les chefs tribaux forgent un nom dérivé de la culture pop, en l’honneur d’une célébrité, d’un événement en cours, etc.

tenue kente ghana traditionnelle

Les Kentes sont également connus pour leurs couleurs. Cependant, les couleurs ne sont pas aléatoires. Chaque couleur sur un kente traditionnel est culturellement significative. Par exemple, le jaune représente la sainteté, l’or signifie la richesse et la royauté, le rouge symbolise le sang et la spiritualité ; le bleu est un symbole du ciel, de l’amour, de la paix, de la prospérité et de l’unité ; le vert représente la nature et la bonne santé ; le violet représente la guérison et la féminité, et le blanc est la couleur de la pureté, de la guérison, de l’argile utilisée pour les rituels et les cérémonies. Ce ne sont là que quelques-unes des couleurs les plus populaires que l’on trouve sur un kente.

Porter le Kente

Au Ghana, les hommes et les femmes portent le kente. Cependant, chacun a sa propre façon de draper le tissu. Les hommes ne portent généralement qu’un seul morceau de tissu. Ils balancent un coin du tissu sur l’une de leurs épaules puis enroulent le reste du tissu autour de leur corps comme une toge romaine. Certains portent une chemise en dessous, tandis que d’autres choisissent de garder leur poitrine nue.

Les femmes ont de nombreuses façons de porter le kente et elles utilisent généralement deux ou même trois pièces de kente à la fois. Ils peuvent porter un chemisier ou une chemise et porter le kente comme une jupe enveloppante, puis porter un autre morceau de kente comme un châle. Alternativement, ils peuvent envelopper leur corps avec le kente puis utiliser d’autres morceaux de kente comme châle ou cape. Le statut social, l’âge et l’état matrimonial d’une personne déterminent la conception et la longueur du kente que l’on peut porter.

f0d391f480c503bf6d8137e2687c1285 f0d391f480c503bf6d8137e2687c1285

Traditionnellement, le kente n’était pas censé être coupé, mais aujourd’hui, il est adapté en robes, chemises, pantalons et plus encore, tout comme le tissu imprimé à la cire africaine. Aujourd’hui, les Ghanéens portent cette pièce du patrimoine culturel avec une immense fierté.

La blouse ou Fugu

La blouse, connue localement sous le nom de fugu ou batakari, fait référence à une longue chemise que les hommes et les garçons portent traditionnellement dans le nord du Ghana. Aujourd’hui, cependant, il est porté dans tout le pays, à tel point qu’il a été adopté comme vêtement national en raison de sa popularité et de son utilité. Il est intéressant de noter que la blouse est aussi l’habit national du Burkina Faso.

Image 10 23 20 at 11.29 AM Image 10 23 20 at 11.29 AM

Il a été introduit à l’origine par le peuple mossi du Burkina Faso et le peuple haoussa du Nigeria. Une population de ces deux groupes ethniques s’est installée au Ghana il y a plusieurs siècles.

La blouse est une chemise extérieure ample avec de larges manches ¾ ou demi-manches qui atteignent la taille du porteur. Sa coupe confortable et son grand espace pour la circulation de l’air en font un vêtement idéal à porter dans le climat chaud du Ghana. La blouse peut avoir un décolleté brodé et peut parfois même être décorée de perles. Fugu se porte sur une simple chemise et un pantalon. La tenue est complétée par une casquette kufi, une casquette circulaire, plate et sans bord sur la tête. Le fugu est encore fréquemment porté dans les zones rurales et urbaines. En fait, c’est une tenue de base pour de nombreux politiciens locaux. Ils personnalisent simplement leur fugu pour qu’il corresponde aux couleurs de leur parti politique. Il est également porté lors des mariages et des funérailles.

Tissu Gonja

Traditionnellement, le fugu est fait d’un tissu spécial appelé gonja. Gonja est un tissu de coton épais qui a apparemment été fabriqué pour la première fois par le peuple Gonja du nord du Ghana.

métier à tisser kente tissu ghana

Les Gonja ont toujours été connus pour être des tisserands exceptionnels et au fil du temps, ils ont développé des méthodes de tissage pour produire ce tissu. Pour fabriquer Gonja en premier, des boules de coton sont cueillies et traitées à la main. Le coton brut est transformé en fil à l’aide d’un fuseau. Ensuite, les fils sont teints à l’aide de colorants extraits de sources naturelles. Des bandes verticales colorées de tissu de coton sont ensuite cousues ensemble pour former un plus grand morceau de tissu, ce qui donne un matériau durable et épais.

Quant aux femmes, lors d’occasions plus décontractées, elles portent des jupes longues avec un chemisier ou des robes longues en tissu imprimé wax africain. Ils s’enveloppent également la tête avec un tissu assorti pour compléter la tenue.

Un bref résumé

Dans cet article, nous avons d’abord brièvement évoqué l’évolution générale de l’habillement sur le continent africain. Ensuite, nous avons compris les facteurs qui influencent la nature des vêtements traditionnels en Afrique de l’Ouest. Nous avons également découvert certains types de vêtements et de tissus communs trouvés dans la région, tels que le tissu africain imprimé à la cire, le pagne et le raphia.

Au cours du processus, nous avons appris que le commerce et la colonisation avaient les effets les plus drastiques sur la mode historique et qu’ils ont façonné la nature des vêtements culturels en Afrique de l’Ouest aujourd’hui. Ensuite, nous avons examiné certains des vêtements traditionnels du Mali et du Ghana et avons appris que les pays d’Afrique de l’Ouest partagent bon nombre de ces vêtements. La différence réside dans la philosophie qui les sous-tend et, plus évidemment, dans les couleurs, les motifs et la façon de les porter.

awp awp

N’hésitez pas à partager vos réflexions dans les commentaires ci-dessous.

Auteur original : Yoair. Texte traduit de l’anglais au français par nos équipes.

Articles dans la même catégorie :